++XV. Un compromis hasardeux++

______Haute dans le ciel, la lune éclairait les rues et les maisons de ses rayons. Personne ne semblait être capable de briser le calme de cette nuit, pas même dans la demeure des De Loménie. Certains de ses occupants ne dormaient pas, comme Alexianne dont les nombreux cauchemars successifs l'avaient réveillée. Elle avait essayé de trouver le sommeil, mais sans succès. Exaspérée par l'inactivité, elle décida de sortir pour marcher un peu et se changer les idées. Elle n'avait aucune intention malveillante, pas même celle de fouiller les moindres recoins de chaque pièce pour découvrir les fameux secrets de Kénaël. Seule l'envie de s'endormir persistait dans l'esprit de la jeune fille qui espérait réussir à vaincre ses mauvais rêves après avoir épuisé le peu d'énergie qu'il lui restait.
______Lorsqu'elle traversa le couloir, elle remarqua un rai de lumière sous une porte. Ce n'était certainement pas Quilda qui avait oublié d'éteindre l'un des lustres, mais peut-être bien Kénaël, le seul à pouvoir être encore éveillé à cette heure si tardive. La sorcière tendit l'oreille, mais n'entendit aucun bruit. Elle finit par coller sa tête contre le battant, trop curieuse pour passer son chemin. Le son de pages que l'on tournait lui parvint, mais elle ne pourrait pas en savoir davantage sans ouvrir la porte, ce qui n'était pas envisageable. Un énième bâillement la rappela à l'ordre et Alexianne reprit sa marche silencieusement. Mais le bois du plancher était ancien et il craquait à certains endroits. L'adolescente marcha inévitablement sur une latte dont le bruit résonna dans le couloir. Elle s'arrêta instantanément, un pied en l'air, attendant avant de continuer. Elle voulait s'assurer que personne n'avait remarqué sa présence, même si elle savait que l'ouïe très fine des vampires poserait problème. Au moment de reposer son pied au sol, une faible lumière éclaira une partie du corridor, signe qu'une porte avait été ouverte.

— Alexianne ? souffla la voix de Kénaël.

______La concernée leva les yeux au ciel, mais ne donna aucune réponse. Elle savait qu'il la voyait : elle sentait son regard sur son dos. Pourtant, il n'insista pas et rentra dans sa chambre comme s'il n'avait rien entendu, à la différence que la porte resta entr'ouverte. Il était évident que c'était une invitation, mais la Gardienne hésitait à l'accepter. Sa cheville était bandée et avait arrêté de saigner, mais le souvenir de Kénaël, se battant contre ses pulsions, lui faisait encore horreur. Une minute de plus dans cette salle de bain en sa compagnie et il l'aurait vidée de son sang sans ménagement ; elle en était certaine.
______Malgré ses appréhensions, Alexianne décida de pousser le battant pour découvrir l'antre du vampire. Sa curiosité l'emportait toujours, bien que cela lui eût souvent valu quantité d'ennuis : ça ne lui avait jamais servi de leçon.
______Une fois entrée, elle ferma la porte derrière elle tout en gardant une main sur la poignée, par précaution. Ses yeux se promenèrent dans la pièce qui ressemblait à toutes les autres chambres de la maison, à quelques exceptions près : elle était légèrement plus spacieuse et des tableaux de paysages magnifiques égayaient les murs. Le reste de l'agencement était des plus simples : un grand lit à baldaquin, une table de chevet, une armoire imposante en acacia et un fauteuil en cuir beige sur lequel le brun était assis pour lire. La sorcière était déçue de ne voir aucune photo ou portrait de la famille De Loménie : Kénaël n'avait-il jamais eu d'ascendants ou de descendants ?

— Je ne pensais pas que tu oserais entrer, déclara le brun à mi-voix.

______Toujours aucune réponse. La jeune fille continuait d'examiner les plus petits recoins de la chambre, cherchant un indice, même infime, qui l'aiderait à comprendre la vie que menait ce vampire.

— Pourtant, tout le monde dort. Je pourrais aisément t'attaquer et te vider de ton sang.
— Qu'est-ce que tu cherches ? A me faire peur ? Merci, j'ai pas besoin de toi pour ça
, rétorqua Alexianne, sarcastique.
— C'est vrai, apparemment il n'est pas utile que je te mette en garde, dit-il après avoir remarqué la main de la sorcière accrochée à la poignée.

______Un silence froid et désagréable s'installa. L'atmosphère respirait la méfiance, mais Kénaël ne voulait pas inspirer autant de soupçons. Il était conscient qu'il ne pourrait pas aisément gagner la confiance d'une Gardienne, mais il espérait avoir l'occasion de lui prouver ses bonnes intentions.

— Comment va ta cheville ? demanda Kénaël, sincèrement préoccupé par son état de santé.
— Merveilleusement bien ! Elle ne risque plus de saigner si c'est ce que tu voulais savoir, trancha la brune, glaciale.
— Ecoute, je suis désolé pour tout à l'heure. Je...
— Alors ? Quel ignorant as-tu massacré pour étancher ta soif ?
railla-t-elle alors qu'elle savait qu'il ne s'attaquait plus aux êtres humains.
— Jamais je ne me nourrirais du sang d'un ignorant, ni même de celui d'un sorcier !
— "Jamais" ? Ou "plus jamais" ?
riposta-t-elle d'un air de plus en plus narquois.
— Bon sang ! gronda le vampire en se levant brutalement de son fauteuil. Vas-tu enfin arrêter tes sous-entendus et me dire ce que tu as lu dans mes carnets ?!

______Il s'était rapidement rapproché d'Alexianne et désormais elle pouvait constater à quel point il avait la mine contrariée. Il ne se mettait pas souvent en colère, il était même rare de le voir perdre son sang-froid, mais il ne maîtrisait plus grand-chose face à l'insolence de l'adolescente. Cette dernière s'aperçut trop tard qu'elle était allée trop loin. Elle ne dirigeait plus son petit interrogatoire : à présent, elle se sentait comme une souris prise au piège par un chat. Pourtant, Kénaël ne se montrait pas menaçant, simplement exaspéré. Mais cette attitude rappelait à Alexianne la violence dont pouvaient faire preuve les vampires. Elle avait l'impression d'étouffer, écrasée par la seule ombre du brun qui se tenait debout devant elle. Ses yeux n'étaient même pas capables de soutenir le regard noir et accusateur de Kénaël qui répéta sa question dans un murmure impatient. Son ton n'était plus qu'un sifflement qui aurait été inaudible s'il n'avait pas été si près d'elle. Mais Alexianne ne pouvait pas lui donner de réponse : les mots étaient bloqués dans sa gorge sèche et serrée par la peur. Même ses poumons étaient comprimés par la terreur et refusaient l'air qui leur était nécessaire pour respirer.
______Dans un geste désespéré, la sorcière leva la main pour tenter de repousser le monstre, mais il la contra en attrapant doucement ses doigts. Kénaël se pencha et quelques mèches de ses cheveux frôlèrent le front en sueur de son invitée. Il sentait sa main glaciale trembler dans la sienne. Son effroi était palpable, alors que son intention n'avait jamais été de l'effrayer.

— Assume et apprends à surmonter ta peur si tu ne veux pas être si impuissante face à l'ennemi, murmura le vampire, la voix empreinte de défi.

______La Gardienne fronça les sourcils et voulut répliquer qu'elle était tout sauf impuissante, mais ses lèvres refusèrent de s'ouvrir. Elle n'avait plus aucun contrôle sur son corps : son c½ur s'emballait et ses tremblements s'intensifiaient. Elle ne l'admettrait jamais de vive voix, mais son visage traduisait son dépit par un air abattu, résolue à accepter sa complète inefficacité face à un vampire. Elle luttait pourtant de toutes ses forces contre cette panique irraisonnée, mais plus elle se débattait et plus elle s'enfonçait dans la terreur.
______Alors que le visage d'Alexianne devenait très pâle, Kénaël laissa cette main si froide lui glisser entre les doigts, puis il recula, attristé par ce manque de réaction.

— Excuse-moi, je me suis emporté, dit-il avant de retourner s'asseoir.

______A la seconde où il s'éloigna, la respiration de l'adolescente reprit doucement un rythme régulier, quoique légèrement saccadé. L'une de ses mains était toujours agrippée à la poignée de la porte dont le métal avait rougi sous la hausse de la température : le feu accompagnait toujours ses émotions les plus intenses.
______Lorsqu'elle reprit possession de tous ses moyens, des envies de meurtre l'envahirent : le faire brûler vif sur un bûcher, voilà tout ce qu'il méritait ! Mais il était parfois préférable de ne pas suivre ses pulsions et de battre en retraite quand il en était encore temps. Alexianne ne prenait pas la fuite : un simple repli stratégique s'imposait pour mieux préparer le prochain affrontement.

— Laissons de côté les carnets. Tu n'as pas envie de te confronter à tes peurs pour mieux les maîtriser ? s'enquit le brun alors qu'elle était sur le point de sortir.
— Je n'ai pas peur ! s'insurgea la sorcière en faisant volte-face.

______Il lui lança un regard mi-amusé mi-sceptique : pensait-elle sincèrement le convaincre ainsi ? Elle-même ne croyait pas à ses propres mots qui résonnaient plus faux que le mensonge éhonté d'un enfant. Cette réplique n'était qu'un pauvre réflexe de défense : elle niait, mais elle avait conscience de ses limites. Le tout était de réussir à les dépasser.

— Accepterais-tu au moins mon aide ? Les Bluttrinker sont déjà trop puissants, il ne faut pas leur permettre d'avoir plus de pouvoir.
— Je n'ai pas besoin de toi, ni de personne d'ailleurs !
contra la jeune fille, têtue.
— Tu te berces d'illusions... En quelques instants, Emrys a réussi à s'emparer de toutes tes pensées et à boire ton sang, lui rappela-t-il d'une voix sombre. Est-ce que tu commenceras à comprendre seulement lorsqu'il t'aura tuée ?!

______Alexianne haussa les épaules tout en ressentant un frisson remonter le long de son échine à l'entente du nom de ce monstre. Elle soutint le regard pénétrant de Kénaël : tous deux voulaient avoir le dernier mot et faire admettre à l'autre ses torts. C'était un cercle vicieux duquel ils ne sortiraient jamais si aucun d'eux ne faisait un effort. Seul un compromis arrangerait la situation.

— Changerais-tu d'avis si j'étais prêt à accepter de te raconter certains événements de mon passé ?

______La Gardienne y réfléchit à deux fois avant de répondre. Ses yeux noirs de colère se changèrent en un regard curieux et intéressé. Depuis qu'elle avait lu quelques pages de sa vie avec les Bluttrinker, elle souhaitait en apprendre davantage sur ce qu'avait été Kénaël De Loménie avant de le rencontrer. Toutefois, elle restait méfiante : il y avait sûrement une raison cachée derrière cette subite volonté de l'aider à affronter ses peurs.

— Pourquoi est-ce que tu tiens tant à m'aider ? Qu'est-ce que tu y gagnes ?
— Ta confiance
, répondit-il, sincère. Et parce que moi aussi je souhaite en savoir plus sur la fameuse Alexianne Dû Lou. Appelons ça "un échange de bons procédés".

______Les lèvres du vampire s'étirèrent en un sourire discret que la sorcière était incapable d'interpréter. Peut-être était-ce simplement de l'honnêteté...
______Son hésitation n'échappa pas à son interlocuteur qui comprenait ses doutes à son égard : les préjugés des Gardiens avaient la dent dure. Il préféra mettre un terme à cet entretien pour y revenir le lendemain.

— La nuit porte conseil. Réfléchis-y et donne-moi ta réponse plus tard, d'accord ? dit-il d'une voix douce.

______La brune acquiesça mollement, peu convaincue et surtout très fatiguée. Kénaël lui souhaita une bonne nuit, puis elle sortit de la chambre pour retourner dans la sienne et se glisser sous les draps.





______Au petit matin, Alexianne repoussa les couvertures d'un geste sec, presque rageur. La conversation de la nuit dernière avait monopolisé toute son attention et elle ne se souvenait avoir fermé les yeux qu'une petite heure ou deux. L'éventualité d'affronter ses peurs et de réussir à les balayer avait miroité dans son esprit jusqu'au lever du jour : jusqu'à présent, elle les avait toujours ignorées, évitant précautionneusement de se retrouver face à un vampire. Elle n'avait jamais envisagé la possibilité de vaincre ce qui la terrorisait, car c'était tout ce qu'il lui restait de sa s½ur. Chacun de ces monstres lui rappelait le souvenir douloureux d'Eileen. Son corps sans vie avait été la dernière chose qu'elle avait vue de sa jumelle. Sa peur n'était pas seulement un handicap, mais aussi le moyen de lui rappeler l'objectif qu'elle s'était fixé depuis : exterminer la race des vampires.
______La jeune fille soupira en réfléchissant à sa logique tordue :

— C'est vraiment n'importe quoi. Avoir peur de ne plus avoir peur...

______En se levant du lit, elle croisa son reflet dans le miroir. Une seconde suffit pour voir également le visage d'Eileen. Elles avaient pourtant eu des différences physiques, mais depuis sa mort, Alexianne ne s'en souvenait que vaguement. Elle ne voyait plus que son regard vide et sa bouche déformée par la douleur. Son expression rieuse derrière ses lunettes, sa joie de vivre, ses doigts fins qui repoussaient sans cesse les mèches trop longues de sa frange... Tout ce qui faisait d'elle une personne exceptionnelle avait disparu pour laisser derrière elle un fantôme fade et inexpressif.
______Vaincre sa peur des vampires ne lui rendrait pas sa s½ur, c'était une certitude. La sorcière ne se berçait pas de ce genre d'illusions, mais depuis combien de temps n'avait-elle pas eu droit à une bonne nuit de sommeil ? Dormir par intermittences n'était plus suffisant. Elle devait être au maximum de ses capacités. Kénaël avait raison sur un point : plus jamais elle ne laisserait un Bluttrinker, encore moins Emrys, poser un doigt sur elle.

— Les vampires n'ont plus qu'à bien se tenir ! s'exclama Alexianne, qui se montrait rarement aussi enthousiaste.

______L'adolescente descendit les escaliers avec un sourire confiant. Elle alla dans la salle à manger, pensant y trouver un copieux petit-déjeuner, mais la pièce était vide. Des bruits de vaisselle retentirent depuis la cuisine et elle sût que Quilda s'y affairait pour préparer le repas. Elle aurait voulu éviter la vieille femme, mais son estomac lui rappela qu'il était temps de manger.
______Une délicieuse odeur de crêpes la conduisit jusqu'à la cuisine. A sa grande surprise, ce fût Kénaël qu'elle découvrit une poêle à la main. Il semblait bien se débrouiller, retournant les crêpes comme un véritable chef. La sorcière évita de paraître admirative, mais elle ne pût s'empêcher de jeter un coup d'½il envieux à la nourriture. Il y en avait une assiette pleine sur le plan de travail : elles étaient fumantes et légèrement dorées, exactement comme elle les aimait.

— Tiens, goûtes-en une si tu veux bien servir de cobaye.
— Si c'est que ça, je veux bien servir de cobaye plus souvent
, répondit-elle en prenant une crêpe sur le haut de la pile.

______Elle croqua un morceau et fit signe au vampire que c'était délicieux. Avec de la confiture, ce serait le nirvana ! Mais sa bonne humeur s'évapora aussi vite qu'elle était arrivée : son regard venait de tomber sur un verre près de Kénaël. La substance qu'il contenait n'avait rien d'une boisson ordinaire : c'était du sang. A cette vue, elle ne pût retenir une expression dégoûtée que le brun ne manqua pas de remarquer. Il lui rappela sur un ton amusé que lui aussi avait besoin de prendre un petit-déjeuner : elle le fusilla du regard et retourna dans la salle à manger pour s'asseoir sur une chaise, les bras croisés et aussi loin que possible de leur hôte. Ce dernier la rejoignit et la regarda avec un air déçu.

— Dois-je en conclure que tu refuses ma proposition ?
— En me levant, je voulais accepter mais...
— Parfait ! Rejoins-moi au sous-sol quand tu auras fini.


______Il partit aussi vite qu'il lui avait coupé la parole. Alexianne avait la désagréable impression de s'être fait rouler dans la farine. Elle regrettait un peu de ne pas lui avoir opposé un "non" ferme et définitif. Elle aurait dû anticiper et demander des détails sur les moyens qu'il prévoyait d'utiliser pour l'aider. Elle détestait ne pas avoir le contrôle sur ce qui l'entourait et devoir laisser les rênes à un vampire lui semblait pire encore. L'évocation d'un sous-sol ne l'avait pas aidée à la rassurer. Ce n'était pas un lieu qu'elle affectionnait ; elle évitait même d'y mettre les pieds.
______Le ventre noué, la sorcière essaya de manger, mais après la première crêpe elle ne pût rien avaler d'autre. Elle se consola avec le jus d'orange et lorsqu'elle eût fini la brique, elle avait retrouvé un peu d'assurance.
______Son pas n'était pas aussi confiant qu'à l'accoutumée et elle se tenait sur ses gardes, prête à parer une éventuelle attaque. Après avoir récupéré son sabre dans sa chambre, elle se rendit dans une pièce exiguë qui faisait office de cagibi où une porte donnait sur un escalier étroit perdu dans la pénombre. Elle appuya sur un petit interrupteur à sa droite et une faible lumière éclaira son chemin. Pendant sa descente, l'adolescente laissa le doute s'installer dans son esprit : et si tout cela n'était qu'un stratagème pour la vider de son sang ? Kénaël était un vampire et elle avait bien vu son regard affamé dans la salle de bain. Peut-être était-il meilleur comédien que la plupart de ses congénères... Il avait partagé quelques siècles avec les Bluttrinker, puis il s'était détourné de Valérian, mais s'il avait changé d'avis et qu'il voulait à nouveau les rejoindre... Le meilleur moyen de se faire pardonner serait de lui livrer la seule Dû Lou encore récalcitrante face au pouvoir de ces monstres. C'était donc ça !
______Alexianne tourna les talons pour faire demi-tour et réveiller les jumeaux. La panique lui faisait imaginer les hypothèses les plus saugrenues. Elle avait pourtant été sur le point de poser un pied sur la dernière marche, mais une brume épaisse de peur l'empêchait d'y voir clair.

— Mais qu'est-ce que tu vas t'imaginer ?

______La voix de Kénaël résonna malgré le ton très doux qu'il avait employé. La sorcière jeta un coup d'½il dans son dos et le vit tendre une main vers elle. Il se voulait rassurant, mais il produisait l'effet inverse. Pour toute réponse, un rire nerveux s'échappa de la bouche de la jeune fille. Elle fit face au brun sans faire un geste dans sa direction. Il haussa les épaules et s'engouffra dans l'obscurité la plus complète. Une seconde plus tard, elle aperçut de la lumière et découvrit enfin où ces escaliers menaient : ce n'était pas qu'un simple sous-sol où l'on rangeait des conserves, mais plutôt un carrefour duquel s'échappaient plusieurs tunnels très semblables à ceux des Enfers.
______L'horreur frappa Alexianne lorsqu'elle s'aventura jusqu'au centre de la pièce, là où l'attendait Kénaël. L'atmosphère lui semblait moins lourde et suffocante, mais elle ne pouvait pas s'y tromper : ces couloirs aussi sombres que le charbon appartenaient au monde démoniaque.

— Comme tu peux le voir, nous sommes à un croisement entre le monde des ignorants et celui des démons. Mais...
— Les Bluttrinker peuvent envahir ta maison quand ça leur chante, génial ! Dis, tu te fouterais pas un peu de notre gueule ? Comment tu veux que j'imagine pas le pire avec un endroit comme celui-là juste en-dessous de ta baraque ?!
— Si tu me laissais terminer mes phrases peut-être que tu ne serais pas obligée de poser la question !
rétorqua-t-il plus vivement, irrité par la Gardienne qui ne cessait de lui couper la parole.
— Vas-y, éclaire ma lanterne, bougonna-t-elle, un brin sarcastique.
— J'étais sur le point de t'expliquer que ces croisements constituaient une sorte de terrain neutre sur lequel aucune race ne peut en attaquer une autre. Ils ont souvent servi à conclure des accords ou à permettre aux vampires de négocier avec les démons, mais ils sont de moins en moins utilisés.
— Et bien sûr les Bluttrinker respectent ce genre de coutumes stupides, c'est tellement leur genre !
railla Alexianne en regardant son interlocuteur de façon sceptique.
— Aussi surprenant que cela puisse paraître, oui. Jusqu'à présent, ils n'ont jamais utilisé ces croisements à leur avantage. Qui plus est, celui-ci se trouve sur mon territoire, ce qui constituerait deux manquements aux quelques règles que les vampires se sont imposés. Sincèrement, s'ils avaient voulu investir ma maison, tu ne penses pas qu'ils auraient agi dès le début ?
— Et Emrys ? Il se fout pas mal de tes "règles" à mon avis
, contra la sorcière en croisant les bras sur sa poitrine.
— Emrys... soupira le brun. Il a toujours été l'élément perturbateur. Il défit toutes les lois, il ne respecte rien, ajouta-t-il, son regard devenu plus dur. Il est comme un enfant en perpétuelle rébellion. Ne te laisse pas déstabiliser par son attitude, il vaut mieux l'ignorer et l'éviter comme la peste.

______La sorcière hocha la tête, mais ses yeux étaient toujours fixés sur les différents tunnels. Heureusement que les démons n'étaient pas de nature belliqueuse, sinon les Bluttrinker n'auraient pas été leur seul problème. Dans leur malheur, ils avaient de la chance...

— Reste concentrée, intima Kénaël en posant subitement ses mains sur les épaules de la Gardienne.

______Elle sursauta, surprise par ce rapprochement brutal. Elle se dégagea violemment de son emprise, puis se retourna en brandissant son sabre. Mais sa lame ne trancha que du vide : il avait disparu aussi rapidement qu'il était apparu derrière elle. Les choses sérieuses venaient de commencer.
______L'obscurité submergea le sous-sol, ne laissant à Alexianne aucune possibilité de voir son adversaire. Celui-ci se terrait dans l'ombre, attendant la meilleure opportunité pour l'attaquer. Au fond, elle savait que ce n'était qu'une simulation, mais ce n'était pas l'envie de lui trancher la tête qui lui manquait. Elle aurait aimé que ses pulsions meurtrières fussent plus fortes que sa peur afin de lui montrer de quoi elle était vraiment capable. Elle essaya de calmer sa respiration tout en essayant de deviner la prochaine attaque du vampire. Elle devait se mettre à sa place et réfléchir comme le monstre qu'il était : où se cachait-il ?
______Un bruit de pied lui parvint à sa gauche. Son sabre trancha une nouvelle fois l'air. Pourtant, elle percevait sa présence. Elle savait qu'il était proche, si proche qu'elle pouvait... sentir son souffle contre son cou. Ses mains devinrent moites, mais ses doigts étaient toujours fermement serrés autour de la garde de son arme. Il lui suffisait de se retourner et de porter un coup sec et puissant pour le faire reculer. Tous ces mouvements étaient devenus mécaniques, de véritables réflexes de Gardiens. Alors pourquoi restait-elle inerte ? A croire qu'elle s'était transformée en une ignorante incapable du moindre mouvement défensif, une simple petite humaine devenue la proie d'un vampire. Des larmes de rage embuèrent ses yeux. Elle se sentait tellement impuissante ! Un sentiment qui ne lui rappelait que trop bien la nuit durant laquelle sa s½ur était morte : si seulement elle avait été plus forte...
______Kénaël approcha un peu plus sa bouche du cou de la sorcière. Quelques mèches chatouillèrent sa peau qui frissonna comme pour l'alerter d'un danger imminent. Il n'était pas question pour lui de la mordre, mais la situation devait paraître assez vraisemblable pour permettre à Alexianne d'aller au-delà de ses appréhensions. Toutefois, son odeur était terriblement alléchante et lui rappelait cruellement celle de son sang. Il devait se faire violence pour ne pas céder à la tentation. Lorsqu'il s'aperçut de la respiration laborieuse de l'adolescente et de la sueur qui coulait le long de son échine, il décida de la pousser dans ses derniers retranchements afin de provoquer une réaction. Cette passivité commençait à l'agacer.

— Tu veux vraiment finir comme ta s½ur ? murmura-t-il à son oreille.
— J-Je t'interdis d-de... bredouilla-t-elle, tremblante.
— Sais-tu ce que ce vampire a dû ressentir lorsqu'il l'a vidée goulûment de son sang ? reprit-il dans un chuchotement presque imperceptible tout en replaçant une mèche de la brune derrière son oreille. Même pour moi, c'est à peine imaginable. Ce liquide qu'il a bu en grandes gorgées... La chaleur du corps humain qui se propage dans le nôtre est si agréable ! Cette saveur que l'on voudrait toujours avoir au bout de la langue... C'est une expérience tellement exquise !
— La ferme !!!
hurla Alexianne en le repoussant violemment avec une boule de feu.

______Le vampire secoua vivement la manche de sa chemise pour éteindre la flamme naissante qui s'y était accrochée. Il était pourtant persuadé d'avoir bloqué les pouvoirs de la Gardienne, mais il était évident que sa propre puissance était en déclin. Il jeta un regard à son adversaire et vît à quel point il l'avait poussée à bout. Des larmes roulaient sur ses joues, ses yeux traduisaient toute la colère et la rage qu'elle refoulait depuis trois longues années. Il entendait sa respiration saccadée : elle était essoufflée et ses joues rosies par la chaleur du feu qui émanait de sa main gauche. La droite pointait une lame aiguisée sur Kénaël, menaçant de le transpercer au prochain mot de travers qu'il prononcerait.
______Le chasseur et la proie se regardèrent un instant sans émettre le moindre son. Alexianne avait les yeux rivés sur celui qui était devenu sa cible. Elle attendait impatiemment de déceler le moindre mouvement pour attaquer et mettre un terme à sa vie. En l'observant à la lueur de son feu, elle vit quelque chose d'étrange dans son regard : un mélange de haine et de culpabilité. Lui reprochait-il de s'être défendue ? Non, c'était bien plus profond. Mais elle n'eût pas l'occasion de l'analyser plus en détail. Le brun fît un pas en avant et, par réflexe, elle recula. De cette façon, il réussit à l'acculer contre un mur.

— C'est un bon début, mais les vampires n'entameront pas la discussion avec toi pour te laisser le temps de retrouver tes esprits. Tu dois arrêter de réfléchir et faire confiance à tes pouvoirs, déclara Kénaël en guise de reproches.
— Ne parle plus jamais d'elle, siffla la sorcière entre ses dents.
— Son souvenir ne doit pas t'empêcher d'avancer, bien au contraire. Crois-moi, si tu continues ainsi, ta s½ur sera ta faiblesse alors qu'elle devrait être ta plus grande force.

______Il espérait atteindre le c½ur de l'adolescente et lui faire comprendre que le déni la mènerait à sa perte, mais ses mots heurtèrent un mur. La boule de feu disparût, les bras d'Alexianne retombèrent le long de son corps et ses yeux abattus se rivèrent sur le sol : elle paraissait vaincue et faible. Toutefois, le ton de sa voix restait tranchant et glacial :

— Comme si tu y comprenais quelque chose... Tu ne sais rien ! Tu mènes une petite vie bien tranquille, tu as terrorisé je-ne-sais-combien d'humains avec les Bluttrinker. Tu es un monstre, incapable de mesurer ce que je ressens.

______Kénaël plaqua brutalement ses mains contre le mur, de chaque côté de la tête de la Gardienne. Celle-ci se redressa, surprise par tant de violence. Le visage du vampire n'était plus ce masque d'impassibilité qu'elle avait toujours vu. Il était déformé par la colère : des rides creusaient ses joues, ses yeux n'étaient plus que deux fentes noires de fureur et les veines de son cou étaient saillantes.

— Ne parle pas sans savoir toi non plus, cracha le vampire sur un ton plein de dégoût. Valérian et Emrys se montrent horribles avec ceux qui leur font obstacle, mais je leur dois beaucoup. Et pourtant je me dresse sur leur route, parce que je ne peux pas les laisser faire des quatre mondes un bain de sang perpétuel. J'ai la sensation de bafouer le second souffle qu'ils m'ont offert. Je trahis la seule famille que les Bluttrinker ont été à un moment de ma vie où je n'avais plus rien à cause de Gardiens tels que toi.

______Il avait bien insisté sur le dernier terme tout en contenant difficilement la rage qui l'animait. La situation avait pris une tournure inattendue : ses émotions étaient désormais plus fortes que sa raison. En cet instant, la seule vue d'Alexianne lui était insupportable. S'il se laissait aller, il serait capable de la mettre en pièces. Il ne voyait plus une jeune fille un peu amochée par la vie, mais une Gardienne impitoyable qui prenait plaisir à détruire sa race. Il la détestait.
______La brune n'avait rien à répondre. Elle était abasourdie par ce qu'elle avait entendu. La peur lui compressait de nouveau la poitrine, mais cette fois-ci son instinct n'était pas aveuglé par une angoisse irrationnelle : elle se sentait véritablement en danger de mort. Pourtant, un mot réussit à traverser la barrière de ses lèvres :

— Pourquoi ?
— Très bonne question...
soupira Kénaël, tendu. Il fût un temps où mes convictions correspondaient à celles des Bluttrinker. Je haïssais les sorciers sans faire de distinctions : hommes, femmes, enfants, révéla-t-il en se redressant, les poings serrés par ce souvenir douloureux. J'en ai tué des dizaines en pensant que la vengeance serait mon seul salut. Mais malgré le nombre de cadavres que je laissais derrière moi, ma peine ne diminuait pas. J'ai mis du temps avant de comprendre que la vengeance ne résoudrait rien, mais j'y suis parvenu. Parfois, il m'arrive encore de détester les Gardiens. Je dois dire que tu ne m'aides pas vraiment à les apprécier, termina le vampire avec un regard réprobateur.

______Alexianne baissa les yeux, honteuse. Il avait entièrement raison, mais elle ne savait pas comment contenir sa rancune envers les monstres qui lui avaient arraché sa jumelle. Elle se sentait si désemparée, tellement en colère et submergée par la tristesse qu'il lui semblait impossible de surmonter une telle douleur. Aucune des créatures tuées n'avait réussi à la soulager, mais elle continuait, espérant qu'une fois cette race éradiquée une sorte de paix intérieure la comblerait. Mais c'était faux, elle le savait. La vengeance était une très mauvaise conseillère. Elle en avait conscience, mais elle se sentait incapable d'agir comme Kénaël : oublier les responsables et passer à autre chose. Si elle le faisait, elle aurait l'impression de trahir Eileen et de l'oublier elle aussi au fil des ans.
______Le brun devina ce à quoi elle pensait et sa colère se dissipa peu à peu. Il tenta de reprendre une certaine contenance et de se montrer encourageant. Il ne devait pas retomber dans ses travers : cette jeune fille n'y était pour rien dans son malheur.

— Le massacre de ma famille restera à jamais gravé dans ma mémoire et elle me manque encore chaque jour qui passe. J'ai seulement appris à vivre avec ma peine.

______La sorcière ne dit rien pendant un moment qui parut des heures à Kénaël. Il la regardait, pétrifiée et muette. Il regrettait d'avoir ravivé le plus terrible des souvenirs d'Alexianne et de s'être obligé à évoquer sa propre souffrance. Mais cela servirait peut-être à une meilleure entente entre eux...

— Désolée, finit par lâcher l'adolescente dans un murmure penaud.

______Il la regarda, surpris. Pris au dépourvu, il ne pût s'empêcher d'émettre un petit rire. Ce n'était pas moqueur, contrairement à ce que pensait la Gardienne qui lui lança un coup d'½il assassin. Le vampire était attendri par cette moue renfrognée. Son c½ur lui semblait plus léger, comme si ce simple mot l'avait aidé à parcourir un autre bout du chemin qui le mènerait jusqu'au pardon.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.159.85.193) if someone makes a complaint.

Comments :

  • La-Voie-Du-Sabre

    10/07/2015

    Le jus d'orange qui redonne de l'assurance? Si seulement!

  • DeeplyxLost

    17/05/2015

    Je suis contente que mon commentaire t'ait touché :)
    Meme si elle se montre à biens des moments détestable, je la trouve plus touchante qu'autre chose, c'est une chose assez difficile à expliquer mais je pense qu'en plus de son caractère c'est justement parce qu'elle éprouve des sentiments qu'elle se comporte de cette manière.
    En tout heureuse de t'avoir touché, mes compliments sont sincères et mérités :D

  • DeeplyxLost

    17/05/2015

    Bonjour, j'espère que tu vas bien :)

    Après découvert ton blog sur un répertoire, le résumé ainsi que ton prologue m'ont énormément intéressés, j'avais déjà l'impression que ton récit serait probablement une des meilleures histoires fantastiques que j'aurai pu lire avant meme de l'entammer. Et c'est d'une traite que j'ai hier terminé tous tes chapitres ! En premier lieu je trouve que ton habillage est assez joli et en accord avec ton histoire, je ne vois pas pourquoi certains trouveraient le contraire, les articles de ton blog ne sont en rien encombrants, la police ainsi que sa taille sont bonnes, en gros tout est parfaitement lisible, aéré et très bien présenté.

    Ca faisait un moment que je n'avais plus lu d'histoires du meme style que la tienne et j'ai été très contente d'avoir passé plusieurs heures à lire ton récit parfaitement bien écrit et de plus sans aucune faute d'orthographe, je m'y attendais lorsque j'ai lu que tu faisais des études de lettres modernes, mais je tiens à le souligner car cela ne rend que la lecture meilleure !

    Ensuite j'ai été très rapidement habituée à tes personnages et les ai tout autant appréciés ! Je trouve que chacun de tes personnages a une personnalité distincte, ils sont tous uniques et il n'y en a pas un que je n'apprécie pas. J'ai très rapidement été curieuse de connaitre l'intégralité de la personnalité d'Alexianne et meme si son caractère est assez difficile d'un coté je me suis retrouvée en elle et cela ne m'a fait que l'apprécier d'avantage. Kénaël est aussi un personnage que j'ai eu très rapidement envie de connaitre et tu ne peux pas savoir à quel point j'adore la relation qu'il entretient avec Alexianne, ses deux opposés se rapprochent de plus en plus au fur et à mesure des chapitres et j'espère que cela continuera tout au long de l'histoire. J'apprécie tous tes personnages, leurs personnalités, leur manière d'etre, de penser et les relations qu'ils entretiennent les uns avec les autres.

    J'ai vraiment aimé ton histoire et je continuerai de la suivre, j'ai hate de décourvrir ton prochain chapitre et je tiens encore à souligner le fait que tu manies tes mots à la perfection !

    Bonne continuation, Lydia.

  • BloodyRose

    16/05/2015

    Owh ! C'est bon de la retrouver cette histoire, je veux écrire comme ça moi !
    J'ai tout enchaîné d'un coup, non-stop sans arrêt en me retenant de faire pipi xD - raconte sa vie -
    Le rapprochement entre Alexianne et Kénaël.... J'ai une pointe de méfiance, moi. Je crois qu'elle m'influence un peu trop ta sorcière. ;)
    J'ai hâte d'avoir la suite, tu vois je suis pressée qu'elle arrive. Sinon je boude xD Nah je plaisante, prends ton temps que ce soit aussi bien que l'est ce chapitre, par exemple. J'adore ce que tu fais.
    Bonne continuation et bon week-end à toi !

  • Forbidden-Terrified

    26/04/2015

    "— Emrys... soupira le brun. Il a toujours été l'élément perturbateur. Il défit toutes les lois, il ne respecte rien, ajouta-t-il, son regard devenu plus dur. Il est comme un enfant en perpétuelle rébellion. Ne te laisse pas déstabiliser par son attitude, il vaut mieux l'ignorer et l'éviter comme la peste."
    Mais c'est parce qu'Emrys est comme ça qu'on n'arrive pas à l'éviter comme la peste, c'est un aimant ce type, parce qu'il a trop la classe même s'il est hypra dangereux xD

    Aaaah cette scène entre Alexianne et Kénaël *-*

  • avalon-325

    20/04/2015

    Il est super!!😍😍 un sacré rapprochement entre Kenael et Alexianne!! J'ai hâté de savoir la suite!!

Report abuse