++XII. Visite surprise++

______Inspirer. Expirer. L'air était lentement aspiré dans ses poumons. Assis en tailleur, son corps détendu bougeait au rythme de sa respiration. Son esprit s'affutait, ses sens s'ouvraient à de nouveaux horizons. Ses yeux fermés distinguaient des formes étranges. Son ouïe lui montrait des sons inconnus. Son touché était aussi aiguisé qu'une lame. La moquette sous ses doigts paraissaient râpeuse et douce à la fois. Sa queue de cheval lui semblait légère. Les pointes de ses cheveux lui chatouillaient la base de la nuque, provoquant des frissons le long de son dos. Des picotements parcoururent ses joues, tandis qu'une vague de chaleur l'enveloppait. Une impression de flottement et de bien être l'envahit. Un sourire naquit sur son visage.
______Soudain, des éclats de voix retentirent brutalement dans sa tête. Ophély ouvrit les yeux et prit une profonde inspiration pour tenter de chasser les sentiments violents qui se bousculaient en elle. Un son aigu bourdonna dans ses oreilles et elle plaqua ses mains contre son crâne, espérant faire taire cette douleur terrible qui l'assaillait. Alors qu'elle luttait, la rousse sentit deux mains se poser doucement sur les siennes. Au milieu de cette cacophonie, elle reconnut la voix de Kira qui lui conseillait de se concentrer sur elle. Le timbre rude de la demi-vampiresse la rassura et elle pût repousser peu à peu les pensées violentes d'Alexei et Alexianne qui s'étaient encore disputés. Elle reprit le contrôle de son esprit et de ce qui l'entourait, puis demanda à Kira ce qui s'était passé. Seule une réponse énigmatique lui fût donnée : elle devait se servir de son don de sensorielle pour comprendre la situation.
______En élève appliquée, Ophély reprit sa méditation. Elle se concentra exclusivement sur ses deux camarades, ignorant le reste de son environnement. La pièce où elle se trouvait disparut de son esprit qui s'éleva légèrement au-dessus de son corps. Sa conscience avait l'aspect d'un être fantomatique qui flottait autour d'elle et qui lui procurait une chaleur agréable, comme un cocon protecteur. Ses sens étaient de nouveau ouverts à toutes les émotions ressenties par les deux sorciers. Elle percevait la haine d'Alexianne, la colère d'Alexei, mais aussi leur tristesse et leur souffrance. Elle voyait des auras de couleur entourer leurs corps : du violet mêlé à du gris et différentes teintes de rouge. Une odeur particulière parvenait jusqu'à ses narines : un mélange de salé et d'âcre, quelque chose qui s'apparentait à de l'agressivité sans avoir la volonté de tuer. Instinctivement, la sensorielle devinait leurs intentions sans pour autant réussir à discerner leurs prochains mouvements. Mis à part ces sensations, elle n'avait pas le pouvoir de prédire l'avenir ou de voir le passé. Un sentiment d'inutilité l'envahit et sa concentration s'effrita. Sa conscience revînt doucement dans son corps, puis elle rouvrit les yeux. Kira lui faisait face dans la position du lotus, parfaitement sereine.

— Je n'y arrive pas, soupira l'adolescente, découragée.
— Tu connais bien tes camarades. Tu n'as même pas une petite idée ?
— Eh bien, je suppose qu'Alexianne a encore reproché quelque chose à Alexei et cette fois-ci il ne s'est pas laissé faire. Mais sincèrement, j'ai beau les côtoyer depuis le collège, leur relation reste un mystère. On dirait qu'ils jouent à se détester, à se faire du mal pour... combler un vide. De toute façon, je ne suis pas devin !
ajouta-t-elle plus vivement.
— C'est en dormant, en rêvant plus précisément, que tu es en pleine possession de tes facultés de sensorielle. Tu ne peux pas trop en demander à ton corps si rapidement. Arme-toi de patience et continue à entraîner tes sens comme je te l'ai appris, intima la demi-vampiresse avec fermeté mais gentillesse.

______Kira savait ce que la rousse traversait : incompréhension, désorientation, manque de contrôle et d'attention, incapacité à se focaliser sur l'instant présent. Tant de symptômes que les demi-vampires devaient combattre pour retrouver un semblant d'humanité. Des sentiments qu'ils avaient en commun avec les sensoriels qui découvraient leurs dons, souvent avec appréhension.
______Après sa transformation, la jeune femme était devenue une inconnue pour elle-même. Elle n'avait eu plus qu'une seule envie : tuer les Gardiens qui avaient joué avec sa vie. N'importe quel sorcier croisé sur sa route avait fait l'affaire. Sur le moment, le meurtre l'avait libérée de son éternel désir de vengeance. Mais ça n'avait été qu'un cercle vicieux et infernal. Plus elle tuait et moins elle se contrôlait. Kira ne se souvenait pas combien de cadavres elle avait laissé derrière elle, ni combien de temps cela avait duré. Elle avait perdu sa conscience en chemin et si elle n'avait pas rencontré Kénaël, elle se serait définitivement égarée.
______Une nuit, le vampire l'avait empêchée de tuer un sorcier qui s'était promené impunément dans le monde des ignorants. Il avait réussi à la maîtriser facilement et alors qu'elle avait cru vivre sa dernière heure, il l'avait emmenée voir un homme. Elle se rappellerait toujours cette rencontre étonnante : ce sensoriel érudit et sage lui avait appris à contrôler ses instincts, à refouler ses pulsions et à retrouver son humanité. Cela avait été un travail de longue haleine qui avait souvent eu raison de sa patience. Elle avait dû se battre contre la fatigue, l'échec et surtout contre elle-même. Mais le soutien de Kénaël avait été sans faille, l'aidant ainsi à retrouver un semblant de vie normale. Peu à peu, les pensées de la jeune femme s'étaient tournées vers d'autres activités que la chasse aux sorciers. Son esprit était devenu plus ouvert et à présent il se passait même des journées entières sans qu'elle ne pensât aux Gardiens. L'exercice avait commencé à devenir plus difficile avec l'arrivée des trois jeunes sorciers chez Kénaël, mais elle continuait d'appliquer les conseils du sensoriel à la lettre. Tous les matins, elle s'adonnait à des exercices de relaxation et de méditation qui l'aidaient à être en paix. C'étaient ces mêmes recommandations que Kira prodiguait à Ophély. Ainsi, la rousse saurait faire la part des choses entre ses propres sentiments et ceux qu'elle captait autour d'elle. Elle saurait apprivoiser des émotions étrangères et en tirer profit. "Concentration" et "volonté" étaient les maîtres mots.

______Les yeux de Kira observèrent un instant l'adolescente qui se tenait devant elle. Elle était fragile pour l'instant, peu sûre d'elle, mais dans un avenir proche elle deviendrait une femme forte, capable de se servir de ses dons fabuleux. Le sensoriel que la demi-vampiresse avait rencontré en était la preuve. Lui qui avait semblé si chétif et incompétent, il lui avait souvent prouvé que les sensoriels pouvaient être de redoutables adversaires. Elle regrettait qu'il ne fût plus de ce monde pour guider Ophély. La voix fluette de cette dernière ramena Kira dans le présent :

— Avant de reprendre, tu peux me dire ce qui s'est passé ?
— Quand Kénaël m'a appelée, il retenait Alexianne qui avait son sabre à la main. Alexei avait la gorge en sang. Mais ne t'inquiète pas, sa blessure n'est que superficielle.
— Comment est-ce qu'elle a pu... !
commença-t-elle, choquée.
— Tu l'as dit toi-même : leur relation est un mystère. Et je pense qu'elle savait que Kénaël ne la laisserait pas faire. Tu n'as pas ressenti d'intentions meurtrières, n'est-ce pas ?

______La sensorielle hocha la tête, mais cela ne la rassurait pas. Elle ne connaissait pas la cause de ce qui se passait entre les deux sorciers, mais cela ne pouvait plus durer. Kira voyait bien qu'elle souhaitait faire quelque chose pour arranger la situation, mais elle ne lui en laissa pas l'occasion. Elle lui proposa de continuer leur entraînement, ce que la rousse accepta presque à contrec½ur. Au fond, elle savait qu'elle était impuissante : seul Estéban pourrait peut-être les rapprocher...


+ + XII. Visite surprise+ +



______Ophély avait passé la matinée avec Kira pour s'entraîner à écouter ses émotions et celles des autres. Cela avait été particulièrement compliqué avec les pensées d'Alexianne qui étaient d'une telle force et d'une telle violence qu'elle avait eu l'impression d'essayer de repousser un ouragan. Mais une autre chose l'avait bien plus étonnée : elle ne percevait rien de Kénaël ou dans le meilleur des cas, l'ébauche d'un tourbillon noir. La demi-vampiresse lui avait vaguement expliqué que certaines créatures étaient imperméables aux dons des sensoriels et qu'ils avaient le pouvoir de les bloquer. Mais avec de la pratique, Ophély espérait pouvoir contourner cet obstacle.

______Lorsqu'Estéban était revenu, la rousse s'était concentrée sur lui. Elle avait ressenti un mélange de peur et de détermination. Elle avait suivi son aura bleutée jusque dans le couloir, face à la porte de sa chambre et de celle d'Alexei. Même si elle ne pouvait pas les entendre parler, elle ne voulait pas paraître intrusive. Elle sentait que le moment était venu pour les jumeaux d'aborder un sujet douloureux. Il n'était pas question pour elle d'espionner leurs sentiments.
______Epuisée par ses exercices, la sensorielle s'accorda un instant de répit. Elle soupira d'aise en se glissant sous les couvertures du lit. Avant de s'assoupir, elle pensa à ses parents et son petit frère qui lui manquaient. Elle avait été incapable de leur mentir, mais elle n'avait pas eu le temps de leur révéler la vérité : Adriel était intervenu et, malgré l'interdiction qui lui avait été faite, il avait utilisé ses pouvoirs. Ainsi, la famille d'Ophély n'aurait pas conscience de l'absence de l'adolescente. Leurs journées se dérouleraient comme toutes les autres et à son retour rien n'aurait changé. Mais elle restait toujours aussi inquiète : et si les Bluttrinker décidaient de s'en prendre à ses proches ? Ils avaient déjà essayé avec les Dû Corbin, rien ne les empêcherait de recommencer avec de simples ignorants.
______Un nouveau cri retentit dans la chambre d'à côté. Alexianne parlait tellement fort qu'Ophély pouvait tout entendre. Il était question d'une malédiction que les jumeaux devaient subir depuis leur naissance. La rousse se redressa sur le matelas et tenta de comprendre le sens de ces mots. Toutes sortes d'hypothèses, farfelues ou non, lui traversèrent l'esprit. Le seul moyen d'en apprendre davantage était de poser les bonnes questions aux personnes concernées. La jeune fille attendit qu'Alexianne partît faire des courses avec Quilda pour frapper à la porte des jumeaux. Elle les trouva chacun assis sur un lit, l'air pensif. Mais lorsqu'Estéban vit Ophély, un sourire naquit sur son visage. Il tenta de cacher le malaise qui s'était installé après l'intervention d'Alexianne qui avait remué un passé douloureux. La sensorielle n'était pas dupe pour autant : elle avait senti la tristesse d'Alexei et la culpabilité de son frère était presque palpable. Aucun d'eux ne voulait prendre la parole en premier, de peur de dire une bêtise ou de paraître incompréhensible aux yeux d'une personne extérieure. Estéban commença par bafouiller en cherchant ses mots, ce qui surprit Ophély, peu habituée à le voir dans un état de confusion. Alexei ne pût s'empêcher d'avoir un rire nerveux : lui non plus n'avait pas souvent l'occasion de voir son double ainsi. Ce fût l'élément déclencheur qui balaya l'atmosphère tendue de la pièce. Tous les trois se détendirent après avoir rigolé sans raison et les jumeaux eurent plus de facilité à parler de leur malédiction. Au fil de leur récit, ils s'aperçurent de l'amitié réelle que la rousse leur portait et cela leur réchauffa un peu plus le c½ur.
______La sensorielle était ébranlée par le sort que connaissaient les jumeaux. Elle qui avait toujours bénéficié de l'amour maternel, elle n'imaginait pas la douleur d'Alexei. Si seulement cette mère savait ce qu'elle faisait subir à l'un de ses propres enfants... Elle ne comprenait pas comment Alexei pouvait être invisible aux yeux de la propre femme qui l'avait mis au monde. C'était inconcevable dans son esprit. Alors qu'elle tentait de trouver une explication, Alexei fît une réflexion qui la ramena à une réalité plus proche de celle des ignorants : l'école. Les derniers évènements lui avaient fait perdre la notion du temps et elle avait oublié qu'ils avaient encore un devoir d'assiduité au lycée. La panique commença à la gagner et Alexei se moqua de son tempérament de "petite élève modèle" comme il s'amusait à l'appeler. Estéban tenta de la rassurer comme il pût, mais elle était bien décidée à retourner en classe malgré le danger. Les jumeaux ne pouvaient pas la laisser se faire d'illusions, mais Ophély était têtue. Plutôt que de perdre leur temps à la faire changer d'avis, ils l'accompagneraient au lycée dès le lendemain.


+ + XII. Visite surprise+ +



______Un éclat de voix retentit au rez-de-chaussée. La voix rageuse d'Alexianne parvint jusqu'aux oreilles d'Estéban, Alexei et Ophély qui descendirent rapidement les escaliers pour l'empêcher de commettre un meurtre. Ils eurent à peine le temps de voir Kénaël attraper vivement son manteau et claquer la porte derrière lui. Alors qu'il s'était toujours montré très calme envers ses invités, la sorcière avait visiblement réussi à le mettre en colère. La jeune fille arriva juste après, le pas très énergique et faisant de grands gestes avec ses bras.

— Cette saleté de suceur de sang est un ingrat ! Dire que je fais les courses et que Monsieur n'est pas content ! Si quelqu'un me parle encore de supermarché, je lui fais bouffer sa langue ! Tout ça parce que sa boniche n'est pas capable de marcher vite ! Il n'avait qu'à les faire lui-même ses putains de courses !
— Ne me dis pas que tu as laissé Quilda toute seule...
soupira Estéban, désespéré par le comportement de son amie.
— Elle est pire qu'un escargot ! Ça m'aurait pris des heures si je l'avais attendue, se plaignit la brune. En plus, je déteste faire les courses et je déteste les endroits remplis d'ignorants. Un vrai calvaire, ce vampire veut ma peau !
— Mais c'est une vieille dame, tu ne peux pas lui demander d'être une Formule 1 !
s'indigna Ophély.
— Et ce n'est vraiment pas le moment d'être imprudents, des Bluttrinker pourraient la trouver et...
— Et quoi ?
ricana Alexianne. Quel Bluttrinker voudrait d'une vieille toute fripée ?

______Estéban se retînt de lever les yeux au ciel, contrairement à son frère qui en profita pour en rajouter et sous-entendre qu'elle n'était qu'une folle hystérique. Ophély, qui voulait lui faire entendre raison à tout prix, continua de la blâmer pour son comportement infantile et irrespectueux.
______Kira descendit à son tour les escaliers, mais s'arrêta à la moitié des marches afin de surplomber le petit groupe. Ainsi, elle gardait une certaine distance avec les sorciers, mais elle donnait également une impression d'infériorité à Alexianne. Obligée de lever la tête pour regarder son ennemie, la brune voyait toute l'animosité qu'elle inspirait à la demi-vampiresse. Toutes les deux se haïssaient sans même se connaître. La sensorielle avait peur de les voir s'adonner à une lutte meurtrière et sans merci. Il n'y avait aucune pitié dans leurs yeux, seulement de la malveillance mêlée à de l'agressivité.

— Quilda est plus qu'une simple domestique pour Kénaël, alors modère tes paroles, sorcière, intima Kira d'une voix glaciale.
— Tiens, elle sait parler celle-là ! railla Alexianne avec un sourire menaçant.
— Contrairement à toi, je ne bave pas pour me rendre intéressante.
— Autant te couper la langue tout de suite puisqu'elle ne te sert à rien
, renchérit la Gardienne en montant une marche, prête à en découdre.

______Ophély se dressa devant elle, devenant un obstacle entre le chasseur et sa proie. Elle n'avait pas l'intention de les laisser se battre. Elle espérait seulement qu'elle n'aurait pas à en subir les conséquences, mais en voyant le regard meurtrier que lui lançait la brune, elle n'était plus tout à fait sûre d'elle. La sensorielle ne pouvait pas ignorer la noirceur que dégageait l'aura de la sorcière, ni ce qu'elle signifiait : si un combat s'engageait, l'issue serait fatale pour l'une d'entre elles.
______Alexianne s'apprêta à repousser la gênante, mais celle-ci fût plus rapide et tenta de la convaincre par des mots :

— Kira était une sorcière, tout comme toi. Pourquoi est-ce que tu t'acharnes sur une personne qui n'est pas si différente de toi finalement ?
— Elle est bien bonne celle-là ! Maintenant qu'on a bien ri, pousse-toi.
— Tu n'as pas répondu à ma question
, rétorqua fermement la rousse avant de croiser les bras sur sa poitrine.
— Je ne te dois rien. Et si tu continues à m'exaspérer, je m'occupe de ton cas avant de celui de ta copine.
— Alexianne !
s'exclama Estéban en l'attrapant par le bras pour la faire reculer.
— Tu ne le feras pas, dit Ophély d'une voix assurée. Tu ne tues pas les humains. Au lieu de régler tes problèmes par la violence, réfléchis un peu s'il te plaît : les demi-vampires n'ont pas choisi de devenir comme ça, ils subissent les caprices des démons qui s'amusent aux dépens des autres. Tu entres dans leur jeu avec ton attitude et tu es injuste envers les demi-vampires. Kira est la preuve qu'ils ne sont pas aussi dangereux que ce que tu crois.
— Ma pauvre fille tu vis au pays des Schtroumpfs ou quoi ? Ton beau discours tu peux te le carrer où je pense ! Je hais les vampires et ça ne changera jamais !!
explosa la brune.

______Elle avait lancé une boule de feu à la gauche d'Ophély, en direction de Kira qui continuait à la toiser, imperturbable. Mais la sensorielle avait pressenti l'offensive et s'était interposée, prenant alors de plein fouet l'attaque. Son épaule droite avait été touchée et le choc l'avait fait trébucher sur les marches, puis tomber sur le dos, lui arrachant en même temps un cri de douleur. La demi-vampiresse et les jumeaux étaient très étonnés, au point qu'ils restèrent pantois quelques secondes avant d'aider l'adolescente. Ils l'emmenèrent au premier étage afin de l'allonger sur un lit et soigner sa brûlure.
______Alexianne, frustrée d'avoir manqué sa cible, se retira dans la cuisine où elle pourrait ruminer sa colère tranquillement. Sa paix ne fût que de courte durée : la porte s'ouvrit brutalement et laissa passer un ange furieux. Adriel la menaça d'un doigt accusateur et d'une voix puissante :

— C'en est assez ! Cette fois-ci tu es allée beaucoup trop loin ! Je ne te laisserai plus continuer impunément !
— Euh... les anges ne sont pas censés prêcher la paix et l'amour de leur prochain ?
répondit-elle avec un demi-sourire peu convaincant.

______La sorcière n'avait encore jamais vu d'être céleste perdre son sang-froid. C'étaient des créatures qui vivaient dans la sérénité et non qui se laissaient aller à de telles émotions négatives. Cette vue la fît tressaillir une seconde : elle n'aurait pas su dire pourquoi, mais elle avait l'impression qu'Adriel serait capable d'user de la violence pour arriver à ses fins. Il semblait tellement la détester en cet instant que son visage était déformé par une rage indescriptible.

— Tu es un obstacle à cette paix ! trancha l'ange avant de lever la main pour faire appel à ses pouvoirs.

______Au même moment, Kénaël arriva derrière lui et intervint en faveur d'Alexianne.

— Adriel, veuillez sortir de ma cuisine.

______Il était resté poli, mais son ton n'autorisait pas de refus. Le vampire ne tolérerait pas plus d'effusion de sang, encore moins venant d'une créature censée être pacifiste.
______L'ange se retourna pour faire face à son interlocuteur. Il le jaugea un instant du regard, puis obtempéra. Il ne connaissait pas encore toute l'étendue des pouvoirs de leur hôte, ce qui ne le mettait pas dans une position favorable. Il préférait être prudent, bien qu'il fût presque convaincu d'être supérieur à lui.
______Kénaël observa la Gardienne, encore étonnée de la réaction d'Adriel. Il s'interrogeait encore beaucoup sur l'attitude de la jeune fille. Elle était plus imprévisible que ce qu'il avait imaginé. Jamais il n'aurait pensé qu'elle serait capable de s'attaquer à Ophély. Le regard du vampire dût se faire trop insistant, car la brune se sentit obligée de se justifier :

— Je n'ai pas essayé de la tuer, bordel ! C'est elle qui a des tendances suicidaires !
— Adriel n'a pas l'air d'être de cet avis. Tu pourrais au moins essayer d'être franche et me dire ce que tu as fait.


______Son intention n'avait pas été de lui faire des reproches, mais il s'aperçut après coup que sa phrase sonnait exactement comme une accusation. Il voulut se rattraper, mais il était trop tard : la Gardienne avait déjà rejoint le couloir d'un pas rageur. Elle marchait vite, sachant pourtant que le vampire la rattraperait avant d'avoir atteint la porte d'entrée. Lorsqu'elle fût dans le hall, l'adolescente l'entendit l'appeler avant de l'attraper par le bras pour la tourner vers lui. La main de Kénaël commença à le brûler, ce qui le fît lâcher prise. Le feu d'Alexianne était très réceptif à sa colère.

— Ne me touche pas, cracha-t-elle en lui assénant un regard noir.
— Je ne voulais pas te mettre en cause, je voulais seulement que tu m'expliques...
— Tu dégoulines d'hypocrisie, comme tous ceux qui sont ici. Tu fais semblant, tu joues au gentil petit vampire inoffensif qui cherche la paix avec le reste du monde, alors que tu vis en autarcie dans cette grande baraque depuis je ne sais combien de temps. Tu détestes mettre le nez dehors, tu trouves les démons insupportables et les sorciers n'en parlons même pas ! Et c'est pareil pour cet ange de malheur ! Vous me filez des boutons avec votre pseudo gentillesse, mais ça vaut pas un clou tout ça, c'est de la poudre aux yeux ! Qu'est-ce que tu cherches ?! Qu'est-ce que tu veux ?!
— Je...


______Kénaël laissa sa phrase en suspens. Il ne savait pas quelle réponse donner, ni même ce qui aurait pu la satisfaire. Il était au pied du mur, parce qu'il y avait une infime part de vérité dans les paroles d'Alexianne. Il faisait beaucoup d'efforts, mais si ça n'avait pas été pour repousser les Bluttrinker, jamais il n'aurait ouvert sa porte aux autres. Il n'avait pas besoin d'eux. Il était assez fort pour se battre seul. Du moins, il tentait de s'en persuader.
______Le manque de répartie du vampire finit de convaincre la sorcière qui tourna les talons. Elle entendit le pas d'Estéban dans les escaliers, mais l'ignora. Elle voulait s'enfuir loin de cette maison et de ce simulacre d'alliance. Mais en ouvrant la porte, elle ne s'attendait pas à découvrir sur le seuil l'un des plus redoutables de ses ennemis.

— Salut la compagnie ! claironna Emrys avec un sourire radieux.
— Oh non pas toi... soupira la Gardienne en refermant la porte brusquement.
— Et si.

______Il avait soufflé sa réponse à l'oreille d'Alexianne. Grâce à sa rapidité, il avait réussi à entrer avant que l'accès ne fût fermé. Étonnée de sa vitesse, l'adolescente voulut se retourner pour faire face à son adversaire, mais ce dernier en avait décidé autrement. Le Bluttrinker la saisit à la gorge et la plaqua contre lui. Sa prise n'était pas assez serrée pour l'empêcher de respirer, mais elle était suffisante pour être désagréable et menaçante.

— La prochaine fois, réserve-moi un accueil plus chaleureux, dit-il pour la taquiner.

______La sorcière grimaça en guise de réponse. Cette journée avait décidément très mal commencé : elle aurait mieux fait de rester couchée.
______Kénaël et Estéban ne cachaient pas leur surprise. Emrys avait le don de dissimuler sa présence dans n'importe quel lieu et même un vampire aussi aguerri que Kénaël était incapable de déceler son odeur ou d'entendre ses mouvements. Cela lui donnait un avantage évident, mais habituellement il ne s'en servait pas pour attaquer de façon aussi brouillonne. Visiblement, il ne s'était pas attendu à trouver Alexianne et il avait décidé d'improviser depuis le moment où il l'avait vue. Et cela le rendait encore plus dangereux.

— Ne fais pas ça, lui conseilla prudemment Kénaël.
— Désolé mais tu arrives après la bataille, répondit-il en découvrant le cou de sa captive, dévoilant ainsi une marque de morsure.

______Un grognement sourd résonna dans le hall et les yeux du vampire se transformèrent en deux fentes noires de fureur.

— Tu es devenu aussi chiant que Valérian ! Je pensais m'amuser un peu en venant ici, dommage.
— Lâchez-la immédiatement !
ordonna Estéban en braquant son arme sur leur ennemi.
— L'un des fils Dû Corbin, je suppose ? J'espère que tu ne nous en veux pas trop pour ta maison, rétorqua Emrys avec une moue moqueuse.

______Le sorcier descendit d'une marche et visa la tête, prêt à tirer.

— Je plaisante ! Question stupide, bien sûr ! Et si on allait discuter dans le salon ?

______Il joignit le geste à la parole et emmena Alexianne dans le couloir de droite, puis la fit asseoir à ses côtés sur le canapé. Il l'avait relâchée, mais ses yeux ne la quitteraient pas une seule seconde. Il se délectait de la voir se débattre avec ses angoisses tout en essayant de faire bonne figure : ses mains tremblaient, mais son regard lançait des éclairs dans sa direction. Emrys sourit, ce qui eût pour seul effet de redoubler la frustration de la sorcière.
______Kénaël entra à son tour, accompagné d'Estéban qui avait rangé son arme sur le conseil du vampire. Le premier prit place dans un fauteuil face au sofa, tandis que le Gardien resta debout, paré à toute éventualité. Il avait la désagréable impression d'être de trop dans cette pièce : le triangle qui s'était formé devant lui semblait hermétique au monde extérieur. Quelque chose lui échappait, mais le jeune homme n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Afin de mieux comprendre la situation, il prit contact avec Alexianne grâce à la télépathie :

Qu'est-ce qu'un Bluttrinker fiche ici ? Et pourquoi il a l'air de si bien te connaître ?
— Tu comptes me faire passer un interrogatoire ou tu es juste inquiet pour moi ?
— Je veux que tu me dises ce qui se passe.
— C'est simple, il...


______Elle arrêta subitement de penser lorsqu'elle vit le regard pétillant et railleur d'Emrys qui ne cessait de l'observer. Elle venait de comprendre qu'il était capable d'entendre sa conversation télépathique avec son meilleur ami, sans doute une conséquence de la petite excursion qu'il s'était offerte dans son esprit lors de leur dernier tête à tête.

— ... il joue aux emmerdeurs et ça commence à me taper sur les nerfs, termina-t-elle à voix haute.
— Tu es tellement amusante, rétorqua le Bluttrinker de façon presque attendrie.

______La jeune fille leva les yeux au ciel et décida de l'ignorer complètement. "Un jour, il finira bien par se lasser." C'était ce qu'elle espérait de tout c½ur. Être l'objet de toutes les attentions d'un tel psychopathe ne la rassurait pas du tout.
______Kénaël se racla la gorge afin d'obtenir l'attention d'Emrys : il n'aimait pas le voir se focaliser sur Alexianne et il était impatient de connaître la raison de sa visite, si toutefois il en avait une. Il lui arrivait souvent de faire des choses sans but précis, parfois seulement pour briser l'ennui de son quotidien. Boire du sang et dominer le monde ne lui suffisaient pas. C'était un incorrigible hyperactif qui avait besoin de socialisation.
______Le Bluttrinker tourna la tête. La forme de ses lèvres changea légèrement en un sourire sardonique. Le vampire le prit comme un avertissement, mais il ne laissa rien paraître et continua de toiser son visiteur indésirable.

— Alors comme ça on se met à l'élevage d'humains ? C'est plutôt osé avec des Gardiens, mais pourquoi pas. Ça aurait été encore mieux si tu avais pris l'initiative de partager avec tes vieux copains, ironisa Emrys en jetant un coup d'½il au cou d'Alexianne.
— On n'est pas son garde-manger ! rétorqua vivement la sorcière.
— C'est choupinet tant d'innocence !
— Oublie-moi
, grommela-t-elle avec une mine renfrognée.
— Tu as bien de la chance, Kénaël. Toi, tu cohabites avec la plus sympa des Dû Lou. Nous, on doit se coltiner les autres timbrés, je peux te dire que c'est pas une sinécure.
— Comment ça ?!
s'exclama la Gardienne, à la fois étonnée et méfiante.
— Quoi ? Monsieur Dû Corbin ici présent ne t'a rien dit ? On n'allait quand même pas priver les Dû Lou du plaisir de réduire en poussière la maison de leurs rivaux, répondit le Bluttrinker avec un air mauvais.
— Mais...
— Et après, de fil en aiguille, Valérian les a trouvé intéressants, alors on les a gardés. Par contre, on ne s'était pas douté que leur déséquilibre mental était aussi élevé. C'est fatiguant, vraiment. Je sais pas comment tu as fait pour vivre avec eux autant de temps sans devenir totalement cinglée.


______Son ton tantôt amusé tantôt sérieux n'aidait pas Alexianne à distinguer le mensonge de la vérité. Il ne donnait pas l'impression de plaisanter, mais de tirer parti de la situation pour semer le trouble au sein de leur alliance déjà si fragile.
______La jeune fille se tourna vers Estéban afin d'avoir ou non la confirmation des dires d'Emrys. Un simple geste de la tête suffit pour la convaincre de la trahison de sa famille. Lors de sa dernière dispute avec son meilleur ami, elle avait clairement fait savoir que ses proches étaient capables de s'allier à de tels monstres, mais apprendre que cette hypothèse était devenue réalité la laissait interdite. Elle aurait beaucoup de mal à digérer la nouvelle. Ces gens qui prétendaient vouloir annihiler la race des vampires s'acoquinaient avec la pire espèce : plus de doutes, ils étaient bel et bien fous. Était-elle donc la seule personne saine d'esprit en ce monde ? La seule personne qui restait fidèle à ses convictions ? Sa solitude devenait de plus en plus lourde à porter. Elle n'y arriverait jamais toute seule...
______Alors qu'Emrys s'était attendu à voir Alexianne exploser de colère, il la voyait inerte et le regard vide de toute expression. Une moue déçue apparut sur son visage, puis il se tourna de nouveau vers Kénaël. Ce dernier lui fit un signe de tête en direction d'Estéban et de la porte du salon entrouverte. Le Bluttrinker comprit qu'il voulait une discussion un peu plus intime.

— Bon, vous êtes bien mignons tous les deux, mais Kénaël et moi devons avoir une conversation entre adultes. Alors dehors, les enfants !
— Tu te fous de notre gueule ?!
s'écria brusquement la brune. Tu fais ton cirque en me prenant en otage et maintenant il faudrait qu'on débarrasse le plancher ?!
— T'as tout compris !
répondit-il avec un grand sourire qui donnait envie à Alexianne de le gifler.

______La Gardienne voulut protester de nouveau, mais son congénère la prit par le bras et l'emmena à l'étage : eux aussi devaient discuter.
______Les deux anciens les regardèrent partir, puis un silence lourd s'empara de la pièce. Emrys avait recouvré son sérieux, tandis que la méfiance de Kénaël n'avait fait que s'accroître de minute en minute.

— Une seule question nous taraude depuis que Sven a fait un saut par ici, commença le Bluttrinker. Doit-on vraiment te considérer comme un ennemi ? Ce n'est pas encore très clair et Valérian a encore du mal à se faire à l'idée que tu pourrais n'être qu'un ingrat.

______Le vampire prît le temps de réfléchir. Il était évidemment leur ennemi, mais il devait faire attention à la manière dont il l'annoncerait. Emrys n'était pas adepte des représailles, mais Valérian était beaucoup plus susceptible et rancunier.

— Je sais que Valérian m'en veut toujours de...
— Nous avoir lâchés comme des vieilles chaussettes puantes.
— Je ne supportais plus les méthodes de Valérian. Je me suis simplement éloigné de tout ça. Je ne suis pas comme vous, je ne peux pas vivre dans le sang et la luxure.
— Justement, si tu peux vivre c'est grâce à nous
, rétorqua-t-il plus vivement. Tout ce sang humain dans lequel tu t'es vautré pendant des siècles coule encore dans tes veines, mais pour combien de temps encore ?
— J'en ai conscience
, dit Kénaël, presque nostalgique. Je vous suis reconnaissant, à toi et à Valérian, mais ça s'arrête là. Notre conception du monde est trop différente : je ne vous laisserai pas disposer des humains comme du bétail, reprit-il d'une voix plus ferme et déterminée.
— Je vois... murmura le Bluttrinker tout en se levant.

______Leur entrevue était terminée. Ils s'étaient tout dit, mais Kénaël savait que ce n'était que le début d'une longue bataille. Valérian pouvait décider de tenter de le ramener à leur cause ou bien de l'éliminer dans les prochains jours. Il n'avait plus qu'à attendre tout en se préparant à l'éventualité de l'affronter mais sans aucun espoir de gagner.
______Le vampire raccompagna son visiteur jusqu'à la porte. La main sur la poignée, Emrys se retourna une dernière fois. Son sourire espiègle était de retour et son visage était celui d'un conspirateur prêt à révéler une information capitale :

— Au fait, je suis certain que tu te le demandes tous les jours donc je vais te donner la réponse : le sang d'Alexianne est divin.

______La réaction de Kénaël se fit rapide, violente et efficace. Il attrapa le Bluttrinker à la gorge et le plaqua contre la paroi si brutalement que la porte se fissura au-dessus de sa tête. Les jointures du vampire s'étaient blanchies sous l'effort, tandis que les traits du visage de son ennemi s'étaient crispés. Il ne souffrait pas, mais le choc avait été désagréable et résonnait encore dans son crâne. Il n'y avait pas eu d'intention meurtrière : c'était un avertissement. Mais Emrys n'en tiendrait pas compte ; il avait seulement voulu voir la réaction de son ancien camarade.
______Les deux se regardaient d'un ½il noir. Kénaël ne bougeait pas et maintenait fermement sa prise : il savait que son adversaire ne tarderait pas à reprendre le dessus. Il fît appel à toutes ses forces qu'il concentra dans sa main et entendit les os du cou d'Emrys craquer un à un. Le Bluttrinker émit un petit rire mesquin qui traduisait un imperceptible mouvement de douleur. A ce moment-là, le vampire approcha son visage de l'autre, réduisant ainsi la moindre distance qui les séparait encore.

— Ose encore poser un seul doigt sur Alexianne et je te tue, murmura-t-il, menaçant.

______Il le relâcha aussi rapidement qu'il l'avait attaqué, puis lui intima de sortir. Emrys se massa la nuque et ajouta une dernière chose avant de partir :

— Ton problème a toujours été de trop t'attacher aux gens.

______Kénaël aurait pu rire de cette réplique si la situation n'avait pas été aussi grave. Il le trouvait très présomptueux pour quelqu'un qui avait le même problème.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.38.2) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Forbidden-Terrified

    13/05/2018

    "Il le trouvait très présomptueux pour quelqu'un qui avait le même problème." Oh bordel, Alexianne est dans de beaux draps.

    Et putain j'adore Emrys xD Tu sais qu'il va finir par être ex aequo avec Kénaël dans mon coeur ? Oui, parce que depuis la première fois que j'ai lu cette histoire, j'ai développé un intérêt extrêmement malsain pour les personnages qui sont de vrais psychopathes xD Je te jure, ça devient maladif ^^

  • avalon-325

    17/03/2015

    Franchement il est super se chap!!!!

  • La-Voie-Du-Sabre

    15/02/2015

    « inspirer. Expirer. » J’ai honte, mais ça m’a fait penser à la blague de la blonde chez le coiffeur BWAHA
    « Boire du sang et dominer le monde ne lui suffisaient pas. » Je saurais pas dire pourquoi, mais ça m’a fait rire. Ça me fait penser aux méchants. J’ai toujours trouvé le principe des méchants débile. Tu prends les Orcs par exemple. Une fois que Sauron a exterminé la race des hommes, il va se faire chier, non ? Il va faire quoi le maître du monde, maintenant que tout est à lui ?
    Euh j’ai digressé, là, non ? xD
    « C'était un incorrigible hyperactif qui avait besoin de socialisation. » BWAHA, c’est trop meugnon ! ♥ Je l’aime.
    « je peux te dire que c'est pas une sinécure » C’est pas faux (Dis-moi que tu as compris la référence ou bien ma blague devient la plus débile du monde)
    « Nous avoir lâchés comme des vieilles chaussettes puantes. » Oh non, ne me dis pas que tu lui as fait dire ça. Pas à Emrys. Enfin quoi, c’est pas la maternelle TT Mon Emrys dit pas des choses pareilles !
    Sinooon, Kenaël est vraiment toujours trop super bizarre avec Alexianne. Je me demande encore comment elle arrive à se faire des potes, celle-là. Ou même qu’elle arrive à ne pas se faire assassiner dans son sommeil.
    Quant à Estéban, fidèle à lui-même, toujours aussi… Enfin, il me fait l’effet d’un flan, tu vois. Mais un flan sans croûte, hein. Juste du flan. Même pas de pâte feuilletée et… je crois que j’ai faim.
    Sinooon, tu peux me réexpliquer la malédiction ? J’ai essayé de relire en diagonale le chapitre précédent mais ça m’a pas aidée -.-‘ Là je sais pas si je dois blâmer ma mémoire ou ma stupidité xD
    J’aime bien ce chapitre. Emrys qui se ramène dans la maison ça fait quand même un peu bizarre. « Bonjour, je suis ton ennemi juré, je veux contrôler le monde entier. Nous désirons ta mort. Bon, j’y vais, à plus ! »
    Ophély, je ne l’aime toujours pas, désolée. Elle est trop… trop Heidi et tout, genre petite maison dans la prairie. Je supporte pas ces gens-là.
    Je suis en retard d’un chapitre. Je désespère. Franchement, celui-là était long… mais bien. J’avoue que je me suis pas lassée donc tout va bien. C’est pas dur de le terminer, c’est dur de le commencer si, comme moi, on a le réfmexe de descendre la scroll bar pour voir ce qui nous attends
    BREF, j’arrête de blablater. Je viendrai lire le prochain chapitre… un jour.

  • Forbidden-Terrified

    11/01/2015

    " Ose encore poser un seul doigt sur Alexianne et je te tue, murmura-t-il, menaçant"
    Aaaah Kénaël *-*

  • Gw3nd0line

    02/01/2015

    Coucou comment ça va ?

    C’est vrai que ça fait un petit moment et merci d’avoir rappelé ce qui c’était passé.
    Pauvre Ophély, je la trouve très courageuse et j’ai hâte de lire son évolution. A sa place, j’aurais craqué et serait partie. Au début je comprenais Alexianne mais maintenant elle me tape sur le système, à faire sa fille forte alors qu’elle est plus faible que les autres. J’espère qu’il y aura justice sur son comportement envers Ophély qui au final a sauvé Kira.

    J’ai adoré comment l’ange a défendu sa protéger et une fois de plus Alexianne se fait secourir et on lui reproche rien, limite c’est tout à fait normal ce qu’elle a fait et bah j’ai été contente de la voir aux côtés d’un vampire qui lui faisait peur.

    J’ai bien aimé relire ta fiction et on se voir au prochain chapitre, bisous ^^

  • StillWriting

    31/12/2014

    Le passage d'Ophely et de sa méditation est vraiment bien décrit ! A sa place, j'aurais pris mes jambes à mon cou : garder les yeux fermés et sentir des choses me fait vraiment flipper. Je ne sais pas si c'est dans ma tête ou si c'est moi; mais il se passe des choses louches dans une autre dimension, j'en suis sûre. Bref. Parlons d'Ophely : hormis sa rousseur, elle n'a vraiment rien en commun avec celle de Bleach... Inoue. Et c'est tant mieux.
    Les relations des personnages m'étonnent par contre : je pensais qu'Alexianne avait un peu d'affection pour ses amis (même Ophely, même si c'est une ignorante) et là rien, elle ne montre même pas une once de culpabilité (ce qui m'a donné envie de la gifler). Alexianne doit vraiment voir un psy. Pour de vrai. Mais sur une note plus gaie, ca fait plaisir de voir Kira se faire des "alliés" et sortir de l'ombre. Puis de voir les jumeaux se rapprocher d'Ophely. J'espère qu'ils vont finir par s'entendre mieux eux aussi.
    Ensuite... Ermys ! Rooooh, qu'il fut parfait dans ce chapitre ! Puis, c'est quoi cette histoire de sang humain ? Kenael n'a pas à trop faire le difficile, les banques de sang ca existe au 21e siècle !

    Donc euh.... Ouais, j'ai adoré ce chapitre, que j'ai pas trouvé long du tout ^^ J'ai même eu envie de kiffer, avant de me souvenir que tu n'avais pas de bouton chez toi >w< Bref, super super chapitre, avec une mention spéciale pour la méditation (et une raison de plus pour laquelle je ne méditerais PAS !)
    Et oui : je tombe amoureuse de Kira, mais je sais plus à quoi elle ressemble exactement >< (brune, n'est ce pas ?)

Report abuse